Littérature

Contrairement à celle des autres nations d’Asie Centrale (Kirghizes, Kazakhs, Turkmènes, Ouzbeks), l’histoire des Tadjiks est liée aux autres pays orientaux comme l’Inde, le Pakistan, l’Afghanistan, l’Iran et certains pays arabes. Le Tadjikistan a beaucoup apporté dans le domaine spirituel et c’est le lieu de naissance des plus remarquables savants, philosophes, écrivains, poètes et architectes dont les œuvres font partie de l’héritage culturel et scientifique mondial. En témoignent, les poèmes du fondateur de la littérature perso-tadjike, Rudaki, l’immortel poème épique national de Ferdowsi « Chakh-namé » qui associe l’histoire des Perses et des Tadjiks, et le « Canon de la médecine » rédigé par Abu Ali Ibn Sina (Avicenne), un traité qui a servi, des siècles durant, de guide aux institutions médicales d’Europe. Les scientifiques Al-Khwarismi, Al-Fârâbî et Al-Biruni, ainsi que les étoiles de la poésie mondiale, Khayyam, Rûmî, Saadi, Hafez, Djami, les maître-artisans Borbad, Mani, Bekhzod, étaient connus bien au-delà des frontières du territoire de l’actuelle Asie centrale.

Cette période de prospérité culturelle, scientifique et littéraire coïncida avec le règne des Samanides qui surent protéger de l’influence de Bagdad et Damas la créativité des poètes qui rédigeaient leurs œuvres en farsi. Les différents rois créèrent les conditions qui rendirent possible le développement des sciences et de la culture. Les talents vivaient et travaillaient au palais et une génération entière d’éminents savants, poètes et hommes d’état a vu le jour. Parmi eux on peut citer le fondateur de la littérature perso-tadjike Abdullah Rudaki. Le jeune Abdullah Jafar ibn Mohammed, comme on l’appelle aussi, étudiait avec enthousiasme le jour et chantait ses chansons le soir. Les motifs et l’éloquence délicieuse du poète touchèrent l’émir. Plus tard, alors qu’il vivait à la cour, Rudaki a créé ses merveilleuses odes colorées –qasidas, ghazales et quatrains- les robayats.

L’éminent scientifique et philosophe   Abu-Ali ibn Sina (Avicenna, 980-1037) a lutté contre l’obscurantisme et glorifié les sciences et l’esprit de découverte. Ses idées ont été reprises dans l’œuvre du poète et philosophe Nasir e Khosraw (1004-1088). Dans des poèmes comme « Saadat-namé » (« Le Livre sur le bonheur »), « Rawshana-namé » (« Le Livre de la clarté ») il a chanté le travail des hommes, fait l’éloge de leurs mérites et de l’importance de la science. Au 13e siècle, Saadi Shrazi a écrit ses deux plus grands ouvrages, « Boustan » et « Goulistan ». Deux siècles plus tard, Djami (1414-1492) a défendu les principes de l’humanisme dans ses sept poèmes « Haft Avrang » (« Les Sept trônes ») et dans un recueil de paraboles « Beharistan » (« Le Séjour du printemps »). On peut encore citer Abu-Rayhon Biruni, Al-Khwarizmi, Imam Tirmidhi, Farabi, Omar Khayyam, Ahmad Donish, ainsi que des savants, des mathématiciens et des écrivains d’origine tadjike. Certains ont écrit des ouvrages immortels pendant le règne d’Ismaili Samani.

En 1999, le Tadjikistan a fêté en grandes pompes le mille-centième anniversaire de l’État des Samanides. La vie culturelle du pays ne serait rien sans la place Ismaili Samani, le Palais des Nations ou Palais présidentiel, la bibliothèque nationale, le Théâtre national de l’opéra et du ballet, l’Académie des sciences, les universités d’État, les musées, les parcs nationaux et culturels Aini, Rudaki et Ferdowsi, des parcs nationaux, le Palais Nowruz, le salon de thé Rohat, etc.

Nichée dans la magnifique vallée du Hissar, la ville de Douchanbé abrite de monumentaux immeubles de l’époque soviétique et des constructions plus modernes. Vous pouvez aussi déambuler dans le célèbre marché Mehrgon, le centre commercial du Tadjikistan, visiter des galeries d’art, vous rafraichir en buvant un thé au « Rohat », vous promener le long du verdoyant boulevard central et prendre le temps de vous reposer sur la place Moscou.De tous les peuples de l’Asie centrale (Kirghizes, Kazakhs, Turkmènes, Ouzbeks), les Tadjiks sont ceux dont l’histoire est liée à celle des autres pays orientaux du continent, comme l’Inde, le Pakistan, l’Afghanistan, l’Iran et certains pays arabes. Le Tadjikistan a beaucoup contribué au trésor spirituel de la civilisation et c’est le berceau de nombreux savants, philosophes, écrivains, poètes et architectes de renom, dont les travaux sont entrés dans le patrimoine mondial de la culture.

Wall_of_tajik_greats

Monument à Douchanbé pour les écrivains tadjiks

Facebook95
Facebook
YouTube45
Instagram381